AJO commence à recueillir des données sur l'identité raciale

Le 26 mars 2018

À compter du 1er avril 2018, lorsqu'une personne fera une demande d'aide juridique, le personnel d'Aide juridique Ontario (AJO) lui posera des questions au sujet de son identité raciale. Cette démarche a pour but d'aider à améliorer la façon dont l'organisme offre ses services et à créer les types de programmes dont certains groupes racialisés ont besoin.

« La collecte de données sur l'identité raciale nous aide à mieux comprendre qui a accès à nos services et quel type d'aide ces personnes reçoivent, explique Moya Teklu, responsable de la Stratégie à l'intention des communautés racialisées d'AJO. Certains groupes ne reçoivent pas nos services? Pourquoi? Les personnes issues de différents groupes reçoivent‑elles le même traitement et le même soutien? »

Mme Teklu précise que la Commission ontarienne des droits de la personne encourage depuis longtemps la collecte de données fondées sur la race. En outre, le gouvernement provincial a établi les normes de collecte de données fondées sur la race dans sa Loi contre le racisme.

Dans le cadre de la consultation sur la Stratégie à l'intention des communautés racialisées, les organismes communautaires ont appuyé la collecte, par AJO, des données fondées sur la race.

À l'heure actuelle, AJO recueille de l'information sur les Premières nations, les Métis et les Inuits et dispose d'une Stratégie de justice applicable aux Autochtones qui répond spécifiquement aux besoins juridiques de ces clients.

AJO prévoit que la collecte et l'analyse de données fondées sur la race permettront également l'élargissement et l'amélioration des services offerts aux communautés racialisées.

« Il s'agit d'une occasion importante de recueillir des données qui pourraient nous montrer, et montrer au système de justice en général, comment nous pouvons tous mieux répondre aux besoins des personnes racialisées », explique Mme Teklu.

Pour de plus amples renseignements

Questions

^